Accueil  /  Libre Tribune  /  Prix Nobel africains...

Prix Nobel africains de 1951 à 2019: l'Afrique francophone encore à la traîne

Le premier  ministre éthiopien Abiy Ahmed vient d’intégrer la «short-list» des personnalités africaines consacrées Prix Nobel de la Paix. Il rapporte ainsi à l’Afrique, son 19è Prix Nobel  toute catégorie confondue et  le 11è pour ce qui est du plus prestigieux, c’est-à-dire le Nobel de la Paix. Abiy Ahmed a reçu cette reconnaissance pour avoir réussi la résolution du conflit frontalier opposant l’Éthiopie à l’Érythrée voisine. Mais c’est aussi pour avoir à ramener la paix dans son propre pays, déchiré par des tensions interethniques.  En 118 ans d’existence, seulement une vingtaine de personnalités africaines dont 4 femmes ont reçu la prestigieuse distinction. Créé 1901, le prix Nobel a été décerné pour la première fois à un africain en 1957. Quelle est la répartition géographique à l’échelle du continent des  19è Nobel ? Quels sont les types de Nobel  reçus par des personnalités africaines ? Tour d'horizon. 

Prestigieuse récompense de portée internationale, le Prix Nobel récompense chaque année depuis 1901 des personnalités «ayant apporté le plus grand bénéfice à l’humanité», par leurs inventions, découvertes et améliorations dans différents domaines de la connaissance, par l’œuvre littéraire la plus impressionnante, ou par leur travail en faveur de la paix, suivant ainsi les derniers vœux d’Alfred Nobel, inventeur de la dynamite. Ainsi, entre 1901 et 2019, les prix Nobel et le prix en sciences économiques ont été décernés 597 fois à 950 personnes et organismes. Certains ont reçu le prix Nobel plus d’une fois. Selon le site web nobelprize.org, c’est un total de 919  personnes et 24 organisations qui ont été récompensées depuis la création de cette distinction. Parmi ces lauréats une vingtaine de personnalités africaines dont 4 femmes. En termes de nombre et de diversité , c’est l’Afrique du Sud et l’Égypte qui se sont illustrées de fort belle manière, sur le plan africain.

L’Afrique du Sud a le plus grand nombre de Nobel dont celui de la paix. En effet, le premier  africain «nobélisé»  est le médecin sud-Africain Max Theiler  qui a eu le prix Nobel de médecine « pour ses découvertes concernant la fièvre jaune et la façon de la combattre ». C’est aussi l’Afrique du Sud  qui a eu le premier prix Nobel de la paix du continent en 1960. Il s’agit du militant anti-apartheid Albert John Luthuli. Les autres Prix Nobel en Afrique du Sud sont l’archevêque anglican Desmond Tutu,  les présidents Nelson Mandela et Frederik De Klerk. Soit au total 4 Prix Nobel de la paix pour le pays de Mandela.

En plus de  Max Theiler, le physicien Allan MacLeod Cormack  et biologiste Sydney Brenner ont reçu le Prix Nobel de médecine respectivement  « pour le développement de la tomographie assistée par ordinateur»  pour le premier et «pour sa contribution à l’invention de la tomodensitométrie, connue sous le nom de scanner et la mort cellulaire programmée» pour le second. L’Afrique du Sud comptabilise aussi 2 Prix Nobel de littérature : Nadine Gordimer dont l’œuvre «a rendu à l’humanité d’éminents services», John Maxwell Coetzee « qui, sous d’innombrables formes, dépeint l’implication surprenante de l’étranger».  Au total, tous les Prix Nobel obtenus  dans la région Afrique Australe sont tous détenus par l’Afrique du Sud : 3 Nobel de  la paix,  3 Nobel de médecine ou physiologie et 2 Nobel de littérature. Du point de vue de la quantité et de la diversité des Nobel, la nation arc-en-ciel caracole en tête sur le continent.

Le  seul et récent Prix Nobel, et très précisément le  prestigieux Nobel de la Paix obtenu par la région Afrique Centrale a été décerné en 2018 au valeureux médecin gynécologue congolais Denis Mukuege avec Nadia Murad «pour leurs efforts visant à mettre fin à l’utilisation de la violence sexuelle comme arme de guerre et de conflit armé». Le Dr. Mukege est le fondateur de l’hôpital de Panzi en RDC. Il répare sur tous les plans les femmes victimes de la cruauté humaine, du viol systématique utilisé comme arme de guerre à l’Est de la RD. Congo. Le gynécologue congolais est la première et seule personnalité de l’Afrique francophone  a être distinguée par ce prix.

En Afrique orientale, la biologiste et militante écologiste du Kenya Wangari Muta Maathai, a obtenu le prestigieux Prix Nobel de la Paix en 2004. Elle est la première femme africaine à obtenir le Prix Nobel de la Paix. Cette distinction  est une reconnaissance pour «sa contribution en faveur du développement durable, de la démocratie et de la paix». Surnommée la mère des arbres, Wangari Maathai  est connue pour avoir, un peu plus de 10 ans, fait planter  plus de 30 millions d’arbres grâce à son mouvement de la «ceinture verte». Abiy Ahmed Ali, le premier ministre d’Éthiopie vient d’apporter son deuxième Nobel à l’Afrique de l’Est.

En 2011, l’ancienne présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf et sa compatriote Leymah Gbowee, militantes pour le droit des femmes ont reçu le Prix Nobel de la Paix «pour leur lutte non-violente pour la sécurité des femmes et pour le droit des femmes à participer pleinement au travail de consolidation de la paix». Avec Wangari Maathai, elles sont les 3 femmes africaines Prix Nobel de la Paix, Nadine Godimer étant, elle, Nobel de littérature. Une décennie plus tôt, toujours en Afrique de l’Ouest, c’est le Ghanéen Koffi Annan, ancien secrétaire général des Nations Unies qui reçut en  2001, le prix Nobel de la paix. Une distinction qui  récompense ses efforts inlassables pour la paix dans le monde en même temps que l’institution qui le portait : l’ONU. Le seul Prix Nobel de littérature  en Afrique de l’Ouest  a été décerné à l’écrivain nigérian Wole Soyinka en 1986 « qui dans une large perspective culturelle et avec des accents poétiques façonne le drame de l’existence ». Ce dernier était d’ailleurs  le premier lauréat africain et première personnalité noire Prix Nobel de littérature.

L’Afrique du Nord n’est pas absente dans la répartition géographique des  Prix Nobel. Elle est au contraire, elle figure en très bonne place. En 1978, l’ancien  président égyptien Mohamed Anwar al-Sadat, reçoit le prix  Nobel de la Paix pour la signature des accords du Camp David, qui rétabliront la paix entre l’Égypte et Israël. Il est récompensé avec son co-signataire israélien, Menahem Begin. C’est le Premier Prix Nobel pour l’Égypte et pour la région du Maghreb. C’est ensuite qu’en 1988, un autre Égyptien, Naguib Mahfouz, auteur engagé, il est le lauréat du Prix Nobel de littérature « qui, à travers des œuvres riches en nuances – désormais clairement réalistes, suggestivement ambiguës – a formé un art narratif arabe qui s’applique à toute l’humanité ».

Un peu comme pour marcher sur les pas de l’Afrique du Sud, en 1999, le chercheur égyptien Ahmed Zoweil est désigné lauréat du prix Nobel de chimie pour «avoir réussi à photographier, à l’aide d’un laser très rapide, les atomes d’une molécule en train de bouger durant une réaction chimique». En 2005, un autre Égyptien Mohamed el-Baradei, le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) de 1997 à 2009, reçoit le prix Nobel de la paix conjointement avec  son organisation « pour les efforts qu’ils déploient pour empêcher l’utilisation de l’énergie nucléaire à des fins militaires et pour veiller à ce que l’énergie nucléaire à des fins pacifiques soit utilisée de la façon la plus sûre possible».

En  2011, «les printemps arabes» avaient mis sens dessus-dessus un certain nombre de pays magrébins dont la Tunisie d’où est parti le mouvement. C’est ainsi que pour son application dans les discussions pour l’amorce d’une ère démocratique, une association dénommé le «quartet du dialogue national tunisien»,  a été lauréate du Prix Nobel de la Paix, en 2015, «pour sa contribution décisive à la construction d’une démocratie pluraliste en Tunisie dans le sillage de la Révolution de Jasmin de 2011». C’était la première fois que le comité Nobel récompensait en Afrique une entité de cette nature plutôt qu’une ou deux personnalités conjointes.  Le constat qu’on fait  c’est que ce sont les pays d’Afrique anglophone qui ont accumulé le plus de Nobel, menés par l’Afrique du Sud. Par exemple, les 3 Nobel de Afrique de l’Ouest sont originaires du Nigéria, du Ghana et  du Libéria.  Ces différentes personnalités africaines distinguées l’ont été pour leur militantisme, leur engagement  en faveur de la paix, la démocratie ou en littérature… Depuis sa création le prix Nobel est décerné au mois d’octobre. La cérémonie de remise des prix a lieu le 10 décembre, jour de l’anniversaire de la mort d’Alfred Nobel, son fondateur.

Ils ont tiré leur révérence

Parmi ces différents prix Nobel africains, beaucoup ne sont plus de ce monde. C’est le cas du Sud-africain Sydney Brenner, décédé en avril 2019, Koffi Annan qui a tiré sa révérence en 2018, l’Égyptien Ahmed Zewail  décédé en 2016,  Nadine Godimer (Afrique du Sud) décédée en 2014, Nelson Mandela qui a rendu l’âme en 2013, Wangari Maathai (Kenya) morte en 2011, Allan MacLeod Cormack (Afrique du Sud) mort en 1998, Anouar El-Sadate (Égypte) assassiné en 1981, Albert John Lutuli mort en 1967 (Afrique du Sud) et Max Theiler est mort en 1972 (Afrique du Sud).

 

L’Afrique aura de plus en plus besoin de Nobel médecine, de chimie parce que cela supposerait que nos chercheurs ont de bons résultats qui aideront à régler les problèmes existentiels du continent dans le domaine de la science et de médecine. Certains pays notamment occidentaux ont  beaucoup plus de prix Nobel que toute l’Afrique réunie qui n’a que 19 Nobel. La France a plus de 70 Prix Nobel, l'Allemagne a par exemple plus de 100 Prix Nobel toute catégorie confondue, les Usa près de 400.

SOURCE : Oeil d'Afrique avec Noël SAMBOU
RUBRIQUE Libre Tribune

PUBLICITE

Commentaires

Lire aussi ...

L'hommage de Laurent Gbagbo à Robert Mugabé:

L'hommage de Laurent Gbagbo à Robert Mugabé:

Le Président Laurent Gbagbo a rendu hommage à Robert Mugabe, ancien Président de la République du Zimbabwe, décédé le 6 septembre 2019. C’est...

Comprendre les violences xénophobes en Afrique du Sud

Comprendre les violences xénophobes en Afrique du Sud

Si Mandela est tant célébré dans l'espace occidental, ce n'est pas que pour sa résilience face à la tentation de vendetta, encore moins pour sa qualité...

 HOMMAGE À DJ ARAFAT DE FELI AWOULABA

HOMMAGE À DJ ARAFAT DE FELI AWOULABA

Le djodjo le djoli garçon a sa maman la belliesse oui fils tu as déjoué tous leurs pronostics et de la haut tu les regardes et tu ries😭😭😭😭 tu continues a contrôler le game....

Fin du calvaire pour les 36 migrants ivoiriens abandonnés dans le désert

Fin du calvaire pour les 36 migrants ivoiriens abandonnés dans le désert

Les 36 migrants ivoiriens abandonnés depuis cinq jours dans le désert, à la frontière tuniso-libyenne, ont finalement pu être secourus après de longues négociations entre l’ambassade ivoirienne, l’OIM...

Eva Joly balance tout sur la Françafrique

Eva Joly balance tout sur la Françafrique

Nous ne résistons pas à l`envie de publier pour nos lecteurs ces extraits du dernier livre de la députée française Eva Joly, détaillant les «crimes»...

LA FRANCE, POMPIER ET PYROMANE AU MALI

LA FRANCE, POMPIER ET PYROMANE AU MALI

Après avoir créé, financé et armé le MNLA (Mouvement National de Libération de l’Azawad) – le mouvement politico-armé par lequel la crise...

Top
FLASH