Accueil  /  Libre Tribune  /  Senegal: Front anti-Cfa,...

Senegal: Front anti-Cfa, réaction du REZOPANACOM après l'arrestation de Kemi Seba

Logo REZOPANACOM

DECLARATION DE SOUTIEN DU REZOPANACOM AU CAMARADE PANAFRICANISTE KEMI SEBA

 

Le 25 août 2017, aux environs de 07h du matin, le camarade Kemi Seba, président de l’ONG Urgences panafricanistes a été interpellé à son domicile à Dakar par des agents de la Division des Investigations Criminelles (DIC) pour avoir, dit-on, brulé un billet de 5.000 F.Cfa au cours d'un meeting qu'il tenait à la place Obélisque de Dakar. Il est depuis lors placé en garde à vue en violation flagrante de ses droits. A cet effet :

  • Vu le juste et noble combat du camarade Kemi seba pour une Afrique libre digne et souveraine

 

  • Vu les méthodes pacifiques utilisées depuis des années pour dénoncer le système esclavagiste, colonialiste et impérialiste qui se perpétuent à travers les accords asymétriques ; la monnaie coloniale, les bases militaires et les programmes paupérisant du FMI et de la banque mondiale

 

  • Vu les ravages causés par l’usage du franc CFA (paupérisation de la population, déstabilisation des régimes politiques et des leaders progressistes)

 

  • Considérant les assassinats du président Sylvanus Olympio, les coups d’Etat contre les présidents Modibo Keita et Laurent GBAGBO

 

  • Considérant le caractère colonial du FCFA institué le 25 décembre 1945 par la France selon l’article 3 du décret n°45-0136 et publié au journal officiel français du 26 décembre 1945

 

  • Considérant que le franc CFA est une violation des constitutions des pays ayant en usage le FCFA au regard des dispositions constitutionnelles qui stipulent que les peuples souverains sont les propriétaires exclusifs de la monnaie, qu’ils en définissent les symboles, les valeurs, la garantie et les critères de convergence

 

  • Considérant que le délit de brûler la monnaie ne peut être constitué au regard du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes contenu dans la charte des universelle des droits de l’Homme ;

 

  • Considérant la marche irréversible de l’histoire et la rupture de bon sens avec la monnaie coloniale ;

 

Le Réseau des Communicateurs Panafricains (REZOPANACOM) :

  • Affirme son soutien indéfectible au camarade Kemi SEBA ;
  • Exige ici et maintenant sa relaxe sans conditions ;
  • Appelle tous les panafricanistes et, au-delà, tous les peuples d’Afrique, à soutenir la lutte contre le franc CFA ;
  • Demande à tous les panafricanistes en général de se tenir prêt à mener des actions démocratiques fortes pour la libération du camarade Kémi Seba.

 

Fait à Douala le 25 aout 2017.

 

Pour le REZOPANACOM

 

Le Président Kakry Khaza.

 

NB: Le titre de l'article est de la rédaction

RUBRIQUE Libre Tribune

PUBLICITE

Commentaires

Lire aussi ...

Fin du calvaire pour les 36 migrants ivoiriens abandonnés dans le désert

Fin du calvaire pour les 36 migrants ivoiriens abandonnés dans le désert

Les 36 migrants ivoiriens abandonnés depuis cinq jours dans le désert, à la frontière tuniso-libyenne, ont finalement pu être secourus après de longues négociations entre l’ambassade ivoirienne, l’OIM...

Eva Joly balance tout sur la Françafrique

Eva Joly balance tout sur la Françafrique

Nous ne résistons pas à l`envie de publier pour nos lecteurs ces extraits du dernier livre de la députée française Eva Joly, détaillant les «crimes»...

LA FRANCE, POMPIER ET PYROMANE AU MALI

LA FRANCE, POMPIER ET PYROMANE AU MALI

Après avoir créé, financé et armé le MNLA (Mouvement National de Libération de l’Azawad) – le mouvement politico-armé par lequel la crise...

BOZOUMA! APPELONS-LÀ BOZOUMA !

BOZOUMA! APPELONS-LÀ BOZOUMA !

Bozouma c'est son petit nom africain qui n'est pas sur son extrait de naissance. J'ai lutté, usé de beaucoup de tactes pour qu'elle me le dise, mais elle n'aimait ...

Top
FLASH